Dans l’optique de pouvoir tracer la réalité de différentes femmes entrepreneures, voici Annie Desmarais, propriétaire de l’entreprise Étincelles et moi.

  1. Quelle est ton entreprise? Qu’offres-tu?

Mon entreprise est Étincelles et moi. À l’aide de mes petites poupées Étincelles, j’aide à développer la créativité et l’imaginaire des enfants en créant des moments magiques avec leurs parents dans le tourbillon quotidien.

  1. Qu’est-ce qui t’a poussé à partir ton entreprise?

Je voulais être le plus disponible possible pour ma petite famille en ayant un horaire flexible. Je voulais être libre de mon temps. Je voulais bâtir une entreprise qui a la même priorité que moi : la famille.

  1. Le meilleur conseil que tu voudrais donner à quelqu’un qui souhaite avoir son entreprise?

Prendre le temps de réfléchir à son projet. De bien vérifier si le projet en question est viable. Si les gens ont un besoin vis à vis ce projet. Je lui dirais également que c’est une belle aventure, mais qu’il peut y avoir autant de haut que de bas!

  1. Quelles sont tes sources de motivation?

Je garde le focus sur les raisons pour lesquelles j’ai voulu être une femme, maman entrepreneure. Je prends le temps de penser à ces petites parcelles de bonheur que je laisse derrière moi.

  1. Quel est ton meilleur truc pour concilier travail et famille?

Mon meilleur truc est d’inclure la famille dans le projet. Comme tout le monde y travaille et y faire sa part, les membres de la famille se sentent moins délaissés et sont plus compréhensif quand je dois travailler un peu plus une journée. On doit aussi apprendre à accepter que tout ne peut pas être parfait! Et surtout, mettre ces priorités dans l’ordre dans lequel on est bien!

  1.  Qu’aimerais-tu dire aux femmes qui t’entourent?

J’aimerais leur dire qu’elles sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres. Qu’il faut des femmes exceptionnelles pour réussir à mettre autant de clichés de côté et de nous permettre de prendre notre place.  Nous sommes capable de soulever des montagnes et se peu importe le métier, l’âge ou la nationalité, nous devons prendre la place dans laquelle nous méritons d’être.