Jusqu’à quel âge en faire? Quand les supprimer? Tant de questions que tout parent se pose! 

On a souvent tendance à vouloir rapidement supprimer les siestes pour favoriser de meilleures nuits. Par contre, en faisant ça on crée une dette de sommeil chez son enfant et on n’est pas plus avancé. 

Jusqu’à quel âge faire une sieste? 

À partir de 3 ans environ, les enfants ont moins besoin de faire une sieste en après-midi. C’est un âge approximatif et ça ne veut pas dire que c’est le cas de tous. Il faut aussi observer les signes d’endormissement, l’humeur de l’enfant, sa capacité à s’apaiser, etc.  

 Il faut aussi faire attention à certains points :

  • L’heure de la sieste 

À un certain âge, plus la sieste est tardive, plus ça pourrait être néfaste pour le coucher en soirée. 

  • La routine entourant la sieste

Pendant la journée, le corps sécrète moins de mélatonine. Il est donc plus difficile de s’endormir. Pour contrer ça, il est souhaitable de privilégier une routine stable et des activités calmes avant la sieste.

  • L’humeur de l’enfant

  Tel que mentionné plus haut, si l’enfant commence à faire des crises vers 14h et
qu’on prie secrètement pour que l’heure du dodo nocturne arrive plus vite, c’est
peut-être que la sieste pourrait s’avérer encore utile. 

 

Quand les supprimer? 

Avant 3 ans, il vaut mieux se fier aux temps d’éveil approximatif de bébé et à ses signes d’endormissement puisqu’il a besoin de beaucoup d’heures de sommeil pour favoriser son bon développement. On supprime graduellement les siestes, en commençant avec celle du matin. 

 

On les supprime quand on remarque que notre enfant est de bonne humeur malgré tout, qu’il ne montre pas de signes de fatigue quelconque et s’il prend plus de 20 minutes à s’endormir pour une sieste proposée dans un cadre favorisant l’endormissement. 

 

La dette du sommeil

Imagine que tu tiens toujours la jauge d’essence de ta voiture près du E (réservoir vide). Chaque fois que tu ajoutes de l’essence, tu en mets en quantité suffisante pour pouvoir atteindre 2 ou 3 barres au-dessus du E. Ton auto va continuer de rouler, mais disons qu’être toujours près du seuil critique ne l’aide pas vraiment. 

 

C’est la même chose avec le sommeil et ce, peu importe  qu’on soit bébé, enfant ou adulte. Parfois, il va nous manquer 1h de sommeil et on n’en fera pas de cas. Par contre, ton heure manquante se cumule aux autres pour venir augmenter ta dette de sommeil. 

 

Ton enfant dormira, mais son sommeil ne sera pas aussi réparateur que si sa dette de sommeil était à 0. Les conséquences d’un manque de sommeil peuvent être catastrophiques pour ton enfant puisqu’il est en pleine croissance et que dormir contribue au développement cognitif, physique et émotionnel. 

 

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé d’aller  veiller avec des amis et décider de faire une nuit blanche? Le lendemain matin, tu es un peu fatiguée, mais ça va. Les heures passent, tu ressens la fatigue, mais on dirait presque que tu as plus d’énergie. Tu es sur l’adrénaline. Le soir arrive et tu es crispée comme une carpette dans ton lit. Tu es brûlée et excitée en même temps. 

 

C’ est la même chose avec ton enfant. Sans avoir fait de nuit blanche, il sera lui aussi tout crispé et tendu au moment de s’endormir. Pire, il dormira peut-être même moins longtemps qu’à son habitude. 

 

Dans ce cas, il n’y a pas 36 000 solutions! Tente d’allonger le temps passé au lit, allonge tes routines pré-dodo pour aider le corps de ton enfant à s’apaiser tranquillement. Tu peux même commencer ta routine plus tôt!

 

Si tu as besoin de conseils personnalisés pour y arriver, découvre mon accompagnement au sommeil.