Dans le cadre de la journée des femmes, j’ai décidé d’interviewer quelques femmes et de les mettre de l’avant ! Dans cette entrevue, vous découvrirez Marilyne Audet Tabari, une femme passionnée, empathique, fonceuse… Bonne découverte!

  1. Quelle est ton entreprise? Qu’offres-tu?

J’ai actuellement deux entreprises, dont une en démarrage qui vient de naître il y a quelques jours à peine.

La première est ArganOr. Ce sont des produits cosmétiques à base d’huile d’argan du Maroc. L’entièreté des produits est faite à la main par des coopératives de femmes marocaines entrepreneures. Ce regroupement leur permet d’apporter le salaire manquant dans leur ménage. Je suis fière d’aider ce groupe de femmes en leur achetant directement . Un litre d’huile d’argan commandé garantie 40 heures de travail à une seule femme. Quant à nous, nous avons créé nos propres étiquettes, notre site internet, nos campagnes publicitaires, notre réseau de distribution, etc.

La deuxième entreprise est complètement à l’opposée de la première! Il s’agit d’ISOPAN PRO, une compagnie de fabrication et de réparation de portes en PVC souples. Ces portes sont majoritairement utilisées dans les secteurs agricoles, miniers et dans les scieries. Présentement, nous focussons sur les portes, mais nous prévoyons étendre notre offre ailleurs, soit chez les transporteurs, dans les industries et dans les marchés alimentaires.

  1. Qu’est-ce qui t’a poussé à partir ton entreprise?

Premièrement, j’ai toujours été gestionnaire et ce, depuis mes tous débuts sur le marché du travail. Le côté entrepreunarial s’est ensuite développé. Avec mon mari, nous avons tout d’abord eu un restaurant. Puis, nous avons vendu et il m’était inconcevable de ne plus être à mon compte. Je suis partie ensuite à la recherche d’idées. Mon mari étant marocain, j’ai vite pensé au monde de l’huile d’argan que je connaissais bien. J’avais moi-même visité les coopératives d’huile d’argan au Maroc, parlé avec elles et j’utilisais également l’argan et sur mes enfants. Il m’était donc normal de développer cette idée.

Pour ISOPAN PRO, mon mari a travaillé comme directeur dans une entreprise de fabrication de portes après la vente du restaurant. Nous nous sommes donc entourés de bonnes personnes et avons mis sur pieds ce projet. Nous travaillons déjà sur une division de ISOPAN PRO où nous pourrions collaborer avec les entrepreneurs généraux, les designers, les architectes et les paysagistes. Nous avons beaucoup d’idées et nous devons, bien entendu, commencer par le début pour arriver à bon port!

 

  1. Le meilleur conseil que tu voudrais donner à quelqu’un qui souhaite avoir son entreprise?

Foncez! La peur est notre première ennemie. Tant de gens ont d’excellentes idées qu’ils pourraient accomplir, mais la peur les freine et ils restent plutôt dans le confort de leur stabilité et de leur REER. Je ne prétends pas que vous devez laisser votre travail sur-le-champ pour débuter votre projet, mais il faut y donner beaucoup de temps et d’énergie afin de pouvoir y vivre que de lui un jour.

Les gens autours de vous seront rarement en approbation avec ce que vous voudriez bâtir : ils ne vous comprendront pas de vouloir prendre des risques. Ils seront là pour augmenter votre peur et, sans le vouloir, vous démotiveront lorsque le premier refus arrivera, car oui, vous aurez des refus. C’est ça la vie. Ne lâchez pas.

  1. Quelles sont tes sources de motivation?

Mes enfants! Je prends un risque en étant à mon compte. Je n’ai pas encore d’argent placé pour leurs futures études. Je veux faire de l’argent, car oui, c’est la principale raison quand on se lance en affaires. Je veux pouvoir leur garantir un bel avenir, faire des voyages avec eux et leur faisant découvrir le monde dans différents pays au moins une fois par année. Pourquoi par leur garantir une entreprise prospère lorsqu’ils auront l’âge de prendre la relève? J’aimerais pouvoir leur offrir ce petit coup de pouce pour démarrer dans la vie.

  1. Quel est ton meilleur truc pour concilier travail et famille?

Mes enfants vont actuellement à la garderie. Je fais donc tout mon travail pendant qu’ils s’amusent. Ils n’y vont pas depuis longtemps : je me sentais mal de les envoyer alors que moi, j’étais à la maison. Je me suis tout de même rendu compte que je ne pouvais pas donner autant de temps et d’efforts sur mon entreprise que ce que je voulais, car j’avais mes deux cocos à m’occuper. Depuis, tout est mieux. Je travail du matin jusqu’à 15h où j’en profite pour faire le souper avant d’aller les chercher à la garderie. Je prends quand même l’équivalent d’une heure pour faire du ménage dans la maison durant la journée. Cependant, quand les enfants sont avec moi, je ne travaille plus.

  1. En cette journée de la femme, qu’aimerais-tu dire aux femmes qui t’entourent?

Écoutez votre instinct féminin, il a rarement tort! Que ce soit pour changer de carrière, retourner aux études, vous lancez en affaires, prendre une pause parce que vous êtes épuisés, écoutez-vous. Vous en sortirez certainement plus fortes ensuite!

Pour suivre Marilyne!